Le recouvrement : un art à maitriser

Le recouvrement : un art à maitriser

Dans un monde parfait, tous les clients paient leurs factures à temps, le sourire aux lèvres. Dans le monde où l’on vit, cependant, il arrive toujours que l’un d’eux ne nous paie pas ce qu’il nous doit. Les mauvais payeurs agissent ainsi pour les trois raisons les plus courantes suivantes : problèmes financiers, insatisfaction à propos de produit ou service, ou mauvaise intention dès le départ. Avant de décider quelles mesures de recouvrement prendre, et pour mettre toutes les chances de se faire payer de son côté, il est important de savoir à quel type de débiteur on a affaire. Il faut aussi savoir être ferme, sans exercer une trop forte pression.

Voici trois stratégies éprouvées pour faciliter une démarche de recouvrement :

Icon 1
Écouter : Il est important de savoir pourquoi un client ne paie pas. Plutôt que d’engager les hostilités d’entrée de jeu, il judicieux d’essayer de comprendre les raisons du non-paiement et de ne pas porter d’accusations trop rapidement. Une attitude respectueuse et l’ouverture d’esprit sont de mise. Si le client pose une question à laquelle on ne peut pas répondre, faire les recherches qui s’imposent et le rappeler rapidement.

Icon 1
Faire preuve de souplesse : En songeant aux mesures à prendre, il faut être disposé à faire des concessions. Il est important d’entamer les discussions sans être biaisé au départ, car les options sont nombreuses. Proposer des modalités de paiement, par exemple; rectifier le malentendu à l’origine du problème; ou tenir une promesse oubliée, le cas échéant, sont autant de possibilités. On peut aussi s’adresser à la justice.

Icon 1
Obtenir de l’aide : Si le débiteur s’entête à ne pas payer ou n’est pas raisonnable, il ne faut pas hésiter à demander l’aide d’une tierce partie, comme un avocat ou une agence de recouvrement. Ils ont souvent plus de succès une démarche de recouvrement puisqu’ils peuvent faire baisser la cote de crédit du mauvais payeur.

Un fois le plan d’action établi, il est impératif de s’y tenir sous peine de perdre le respect du débiteur. Il serait alors moins disposé à prendre la chose au sérieux au prochain appel de recouvrement.